ABEIL-CI

Accueil > Actualités > Abidjan et Ouaga définissent un plan de renovation du chemin de (...)

Abidjan et Ouaga définissent un plan de renovation du chemin de fer

La Côte d’Ivoire et le Burkina Faso se sont donné rendez-vous les 26 et 27 février prochains pour des négociations sur une version révisée de la convention de concession du rail Abidjan-Ouaga aux groupes Bolloré et Pan African Minerals (PAM).

C’est l’un des points d’accords qui ont sanctionné une rencontre de travail mardi et mercredi à Abidjan entre une délégation burkinabé conduite par le ministre des infrastructures et des transports, Daouda Traoré d’une part et d’autre part le ministre ivoirien des transports, Gaoussou Touré, entouré de collaborateurs.

Bolloré à travers sa filiale SITARAIL et PAM ont en charge la réhabilitation du chemin de fer de plus de 1500 entre les capitales ivoirienne et burkinabé. PAM a par ailleurs été désigné pour réaliser la connexion ferroviaire jusqu’à la localité de Tambao (Nord du Burkina) dont le groupe exploite la mine de manganèse.

Selon le communiqué de la rencontre d’Abidjan, le Burkina devra transmettre ses « observations » sur cette convention révisée au plus tard le mardi 24 février.

Il est également demandé à la SITARAIL de fournir le programme général de réhabilitation du chemin de fer. Le programme de réhabilitation immédiate d’un montant de 40 milliards de F n’étant considéré que comme la première phase de mise en œuvre du programme général de remise à neuf estimé à 400 millions d’euros.

Notons que la convention de réhabilitation du chemin de fer Abidjan-Ouaga a été ratifiée par les quatre parties (Côte d’Ivoire, Burkina Faso, Bolloré et PAM) en juillet 2014 en marge du sommet des Chefs d’Etats dans le cadre du Traité d’amitié et de coopération ivoiro-burkinabé (TAC).